common fest

Du 7 au 10 mai, à La Magnanerie à Sed el Baouchrieh, se tient la première édition d’un festival riche en activités, organisé par l’agence événementielle Matisse. Le programme, placé sous le signe de l’Allemagne, prochaine destination de l’événement, regroupe expositions, musique, performances artistiques et entreprises.

À l’ouverture ce jeudi 7 mai du festival Common Fest, en soirée, les curieux se promènent le long des stands exposant dessinateurs, peintres, designers de Squad Design, jeunes talents photographes tels que Tarek Moukkadem et Chantale Fahmi, ainsi que différents commerces et lieux de restauration et de rafraîchissement. En face de la scène, le graffeur Rylsee, un Suisse de 29 ans, réalise une toile en direct, à côté d’une série de sérigraphies qu’il a emmenées pour montrer des exemples de son travail au public libanais. Résidant à Berlin, c’est la première fois qu’il vient à Beyrouth, qu’il espère « pouvoir visiter, quand même, un peu ». Entre les dessins de son tout petit carnet et la grandeur du travail en cours, il y a un pas : « J’aime tous les formats, du minuscule au mur d’immeuble, confie-t-il en décrochant ses écouteurs. Là, je réalise un dessin spécial sur les initiales du Common Fest. Je voulais faire une démonstration aux gens, afin de leur montrer comment se passe la création. » Une démarche originale correspondant à l’esprit relaxé du lieu et des installations, assez bucoliques, et qui a plu aux visiteurs, ravis de pouvoir observer l’artiste et lui parler. Les gens sont d’ailleurs sa principale source d’inspiration : « J’aime parler, voyager… Les mots m’inspirent, que ce soit au travers d’un jeu de mots ou d’une blague ! Et les gens me donnent énormément d’idées. » Il travaille principalement en noir et blanc, jouant sur un aspect mécanique qui rappelle les bogues informatiques, « afin de pousser les lignes entre le vrai et le faux ».

Sur la scène, le groupe libanais Lumi réalise ses essais sonores. Après quelques années de séparation, Mayaline et Marc se sont remis à travailler sur de nouveaux sons, toujours électro-rock mais « avec un nouvel esprit », confie la chanteuse. « On a une toute nouvelle approche de la musique, de la composition, et nous espérons que cela plaira au public ». Après leur concert d’ouverture de Common Fest, auquel ils sont ravis de participer, ils ont prévu deux performances à Beyrouth, puis se dirigeront vers l’Europe, d’abord à Paris, « puis on verra ». Le groupe a commencé à jouer à 22 h 30 précédés du DJ Georges Tabet. Les prochains jours seront remplis d’animations variées, telles que des concerts de jazz, des performances artistiques, des percussions, des ateliers pour les enfants, des projections, et de nombreux autres artistes et DJ, entre Paris, Beyrouth et Berlin. À noter, dimanche, la présence du célèbre marché du livre de Monnot, en collaboration avec Tamyras et Positive Lebanon.

« Common Fest », du 7 au 10 mai 2015 à La Magnanerie

Sur Facebook

Florence Massena